Imoca, les foils ont-ils le vent en poupe ?

La victoire de Banque Populaire, un Imoca à foils, sur The Transat met-elle sur la touche les anciens bateaux ? Analyse de la course.

Avant le départ de The Transat, Sébastien Josse, conçurent en IMOCA avait déclaré dans une interview : "Si un bateau à foils, gagne The Transat, je dirai que la messe est dite." Or Armel Le Cleac'h est arrivé en tête sur Banque Populaire, un Imoca équipé de ces fameux foils. Alors la messe est-elle dite ? Les Imoca d'ancienne génération qui ont des dérives droites n'ont plus de chance de gagner ?

Le second de cette transat est PRB skippé par Vincent Riou. Justement un voilier qui n'a pas ces fameux foils. Si le vainqueur a mis 12 jours, 2 heures, 28 minutes et 39 secondes, Vinet Riou a mis 12 jours, 4 heures, 50 minutes et 12 secondes (soit 2 heures 21 minutes 32 secondes derrière le premier). Seulement 2 heures d'écart sur 12 jours de course… Presque rien.

Un écart d'autant plus minime que le skipper de PRB a annoncé à l'arrivée avoir perdu 2 voiles d'avant rapidement après le départ :

"J’ai perdu deux voiles 36 heures après le départ : mon J0 et mon J1 (génois médium et brise). Cela s’est passé au niveau du cap Finisterre. J’ai voulu anticiper un empannage que je prévoyais en début de nuit.

Avant la tombée du jour, j’ai matossé mes voiles. Elles étaient pleines d’eau, je les ai déplacées sous le vent et je les ai sanglées à un chandelier. Ce sont des manœuvres toujours compliquées et plus dangereuses dans la nuit. C’est pour ça que j’ai voulu anticiper. Trente minutes plus tard, mon pilote a décroché et le bateau est parti au lof. Dans ce violent mouvement du bateau, les voiles sont passées à l’eau…"

Ces deux voiles auraient fortement aidé le navigateur dans les derniers jours de course qui se sont déroulés au prés. Sans refaire toute la course, son dénouement aurait sans doute été différent.


Saint-Michel Virbac, troisième de The Transat est aussi équipé de foils...

Quelle leçon en tirer dans le cadre du prochain Vendée Globe ?

Difficile à dire, car le tour du monde se déroule largement aux allures portantes, pas au prés comme The Transat. Or c'est justement dans ces allures que les Imoca à foils ont un gain de vitesse par rapport aux anciens. La seule certitude issue de la victoire de Banque Populaire est que ces bateaux sont désormais fiabilisés et que la bagarre s'annonce acharnée pour notre plus grand plaisir.

Plus d'articles sur les chaînes :

Réagir à cet article :
Ajouter un commentaire...