L'archipel des Glénan, le lagon breton paradisiaque

Les Glénan © Chloé Torterat

Au sud de Fouesnant, à quelques dizaines de milles de Concarneau se trouve un petit paradis aux eaux transparentes et au sable blanc jalousement gardé par les Bretons. Composé de dizaines d'îles principales et d'îlots rocheux, plus ou moins sauvage, l'archipel des Glénan s'est fait connaître en accueillant l'une des plus prestigieuses écoles de voile d'Europe, les Glénans.

Iles principales et ilots paradisiaques

L'archipel des Glénan se situe au sud de Fouesnant dans le Finistère, en Bretagne. Il se compose de plusieurs îles principales et de quelques îlots pour la plupart complètement déserts. S'il l'on connait les Glénan pour sa plus que célèbre école de voile implantée depuis 1947 — Les Glénans (avec un s !), c'est aussi son petit air de Caraïbe qui en fait sa réputation.

Avec son eau couleur lagon et ses plages de sables blancs, l'archipel a de quoi attirer les visiteurs. Situé à seulement quelques dizaines de milles de Concarneau, le Tahiti breton est un vrai havre de paix au bon goût de paradis sur terre.

© Iles Finistere

Saint-Nicolas, cœur de vie des Glénan

L'île principale des Glénan est Saint-Nicolas, accessible uniquement via la mer. Pas de panique, si vous n'êtes pas plaisancier, des navettes font l'aller-retour depuis le continent. Au départ de Bénodet, Concarneau, Loctudy, Port-La-Forêt, Fouesnant embarquez pour une croisière d'une journée.

Au Glénan, il est interdit de camper, mais vous pouvez passer la nuit au Sextant, le gîte de mer de l'île Saint-Nicolas. L'été, vous profiterez également de son restaurant ou encore de son centre de plongée. Vous pouvez également y randonner sur le chemin côtier et faire le tour de l'île sur 1 km. Si l'île est petite, on peut y observer l'archipel et se détendre sur de splendides plages. Vous pourrez également déguster coquillages et crustacés chez Castric, institution depuis 1968.

À marée basse, le Tombolo — langue de sable qui mène jusqu'à l'île de Bananec — se découvre.

De nombreuses autres îles

À l'est se trouve l'île de Penfret, qui abrite le phare du même nom, un ancien sémaphore et les bâtiments de l'école de voile de renommée mondiale. Parmi les autres îles se trouve l'île du Loch, la plus grande et appartenant à la famille Bolloré et reconnaissable à sa cheminée, Cigogne, avec son fort, Drenec, Bananec et Guéotec. L'île de Quignénec et le banc de sable de Guiriden méritent aussi d'être explorés.

Un lagon breton

La mer intérieure des Glénan — baptisée la Chambre est splendide. Son mouillage aux eaux claires est une zone protégée au centre-ouest du cercle formé entre les îles, à l'image d'un lagon. La Chambre s'étend entre les îles de Saint-Nicolas, Bananec et Cigogne.

Le Narcisse des Glénan

Sur Saint-Nicolas, vous pourrez découvrir une espèce caractéristique de l'archipel. Cette fleur blanche et inodore de 15 à 40 cm de haut était menacée d'extinction dans les années 50. Aujourd'hui, elle est protégée par une réserve naturelle. Ne la chercher pas ailleurs, elle ne pousse que sur l'île, et recouvre les dunes au mois d'avril. C'est d'ailleurs en partie grâce à cette fleur si particulière que Saint-Nicolas est classé réserve naturelle depuis 1974.

Les oiseaux des Glénan

Sur l'archipel, les oiseaux de mer ont envahi les îles et leurs rochers en font de certaines de véritables citadelles. Ne vous approchez pas trop au risque de vous prendre un coup de bec d'un goéland voulant défendre son territoire.

Cormorans, fous, huitriers-pies ou encore sterne vivent en harmonie au cœur de l'archipel.

Plus d'articles sur les chaînes :

Finistère
Réagir à cet article :
Camille LENOEL - 3 mois
Ajouter un commentaire...