Le spi facile en croisière : préparation et procédure

© Hanse

Pour faire du spi l'ami de vos croisières en couple ou entre amis il faut pouvoir maitriser la manoeuvre de hissage en toute sérénité. Du matériel approprié à vos besoins, un peu d'organisation et une compréhension objective des capacités de votre équipière ou équipier, rendront les journées sous spi plus heureuses.

Un équipement adapté

Pour faciliter les manœuvres de spi, vous pouvez opter pour une chaussette ou un emmagasineur Topdown. Pour en savoir plus, reportez-vous à l'article consacré. L'option qui vous convient le mieux dépend de l'expérience de l'équipage et de votre bateau. Difficile de faire un choix entre enrouleur et chaussette ?

En premier lieu c'est peut-être votre spi qui décidera de votre équipement. L'emmagasineur Topdown ne convient qu'au spi asymétrique. Ainsi, si vous avez un spi symétrique seule la chaussette pourra vous venir en aide.

Cette dernière fonctionne avec les deux types de spis. La chaussette demande peut-être plus de temps sur la plage avant, mais elle fonctionne bien, quelle que soit la force du vent. Les coureurs en solitaire de classe 40 et Imoca utilisent ce système pour le spi.

Cependant sur un petit bateau la chaussette peut paraître encombrante à manœuvrer sur la plage avant. Si la taille du bateau est inférieure à 8 m, on pourra aussi envisager d'éviter les artifices et mécanismes et simplifier en faisant un envoi traditionnel.

©Istec

Une bonne préparation pour hisser le spi

Avant de hisser le spi, la préparation des bouts de manœuvre est primordiale. Assurez-vous que les écoutes passent bien à l'extérieur du bateau (haubans, lignes de vie, étai, etc.) et à travers les poulies jusqu'au winch. Vérifiez que la drisse se trouve du bon côté de l'étai.

Pour un spi asymétrique, prenez l'amure avant de hisser. Pour un spi symétrique, assurez-vous que le "bras de spi" passe correctement dans la mâchoire du tangon et que ce dernier est hissé à la bonne hauteur. Enfin, réglez le hale-bas de tangon et la balancine pour éviter de mâter le tangon au moment où le spi se gonfle.

La procédure d'envoi du spi


Peu importe combien de fois vous et votre équipage avez hissé le spi, il est toujours utile de répéter la procédure à accomplir.

1- À la barre ou sous pilote, assurez-vous que le cap et l'angle de vent arrière seront maintenus. C'est primordial pour le bon déroulement de la manœuvre de spi.

2- Assurez-vous que les bouts nécessaires - les écoutes et éventuellement le hale-bas de tangon - sont sur les winchs et prêts à l'usage. Relâchez l'écoute pour que la grand-voile au maximum aide à « couvrir » la voile lors du hissage.

3- Communiquer, il faut énoncer à voix haute les étapes et l'avancement de la manœuvre afin que vous et votre équipage soyez conscients de ce que fait l'autre. Faites un dernier contrôle et demandez si pour tout le monde est prêt pour hisser la voile.

4- Une fois la voile hissée, réglée et stable, il est temps de ranger le cockpit. La drisse doit être lovée de manière à éventuellement servir en urgence.

5- Puis, enfin, asseyez-vous et profitez de la balade !

L'affalage du spi revient à réaliser la procédure inverse. Il faudra y consacrer la même préparation et communication. Et surtout, n'attendez pas la dernière minute pour ranger la toile, prévoyez beaucoup d'eau à courir sous le vent pour manœuvrer sans contrainte de temps.

La prise en main de cette voile un peu capricieuse est assez rapide. Commencez à utiliser votre spinnaker dans des vents légers, force 2 par exemple. Puis sans pression, augmentez progressivement la force du vent à mesure que vous et votre équipage gagnez en confiance.

La navigation sous spi offre beaucoup de plaisirs et réduit les distances, alors n'hésitez pas à persévérer dans votre apprentissage.

Plus d'articles sur les chaînes :

Réagir à cet article :
Ajouter un commentaire...