Retour sur l'exploit de Thomas Coville : le film de la course


Parti le 6 novembre 2016 de Brest pour battre le record du tour du monde en solitaire en multicoque, jusqu'alors détenu par Francis Joyon, Thomas Coville est revenu le 25 décembre dernier ! Depuis 10 ans il avait consacré sa vie à ce record et c'est désormais chose faite, en 49 jours, battant de 8 jours 10 heures, 26 minutes et 28 secondes ! Une performance incroyable que nous vous proposons de revivre raconté par Thomas himself !

Parti le 6 novembre 2016 pour son tour du monde en solitaire en multicoque, Thomas Coville a rejoint Ouessant le 25 décembre dernier, après seulement 49 jours 3 heures 7 minutes 38 secondes de course ! Il pulvérise ainsi le Record détenu par Francis Joyon depuis 2008, qui avait bouclé sa circumnavigation en 57 jours 13 heures 34 minutes et 6 secondes. Mais ce n'est pas le temps incroyable que le marin souhaite que tout le monde retienne, mais surtout le fait qu'il faut croire à ses rêves et ne jamais lâcher !

"Ce que je voudrais qu'on garde de ce record, ce ne sont pas tellement les 49 jours 3 heures, c'est surtout le chemin parcouru. Je suis tombé, je me suis relevé, j'ai osé. C'est un travail de dix ans, un rêve très difficile à atteindre. Mais un rêve que j'ai vécu, que je vis !" a déclaré le marin à son arrivée à Brest.

Ça faisait 10 ans que Thomas avait ce rêve en tête : boucler son tour du monde en multicoque, sans assistance et sans escale le plus rapidement possible ! Il avait d'ailleurs déjà tenté quatre fois de battre le Record et avait deux fois bouclé son tour du monde et échoué de peu : 59j, 20h, 47m, 43s en 2009 et 61j, 05m, 05s en 2011.

Atlantique Nord de Ouessant à l'Équateur : Pur Bonheur

"Le stand-by à Brest a été tellement court que je suis parti avec un influx intact. Je me suis fait un plaisir fou dans cette descente vers le Pot-au-Noir, même si le début a été beaucoup moins facile que prévu, avec des grains assez violents et pas mal de manœuvres, en particulier pour éviter le dévent de Madère.
Mais je me suis tout de suite senti en phase avec le bateau. L'expérience accumulée m'a permis de bien gérer ce début de tour du monde. J'ai connu des moments de pur bonheur. Glisse parfaite, hautes vitesses, mer dans le bon sens. Nos grands trimarans sont exactement faits pour ça. Et je n'ai jamais connu un passage du Pot-au-Noir aussi facile." 23 heures d'avance à l'équateur

© Eloi Stichelbaut / Sodebo

Atlantique Sud de l'Équateur au cap de Bonne Espérance : Ouvrir la fenêtre

"J'ai encore connu deux ou trois jours de rêve, à ce détail près que j'ai découvert les premières petites casses. Je n'étais pas surpris : j'ai réparé. Très vite, j'ai commencé à gamberger sur la position de l'anticyclone de Sainte-Hélène. Quand Jean-Luc a fini par m'avouer que j'étais contraint d'effectuer un détour de 800 milles, j'étais consterné ! Pourtant, j'ai réalisé que notre potentiel de vitesse changeait complètement la donne. À condition de ne jamais lever le pied, évidemment. Quand il a fallu enchaîner des dizaines d'empannages entre la zone des glaces et la limite des calmes, j'ai choisi de pousser un peu au-delà du raisonnable côté glaces. C'était un risque, mais grâce à cela, nous sommes arrivés en avance à Bonne Espérance. C'était épuisant, mais ça a tout changé. La fenêtre du départ restait excellente. Conclusion : pour qu'une fenêtre soit vraiment bonne, il faut l'ouvrir soi-même." 1 jour 5 heures d'avance à Bonne Espérance

Océan Indien du cap de Bonne Espérance au cap Leeuwin : Petites victoires

"J'ai toujours redouté cet océan. À peine le sud de l'Afrique dépassé, il a fallu remonter vers le nord pour éviter un noyau tempétueux où les vagues dépassaient les dix mètres. La mer était chaotique, hostile. Et nous foncions là-dedans au reaching. C'était brutal. Et puis mon genou s'est infecté. Les antibiotiques ne faisant aucun effet, les toubibs commençaient à envisage de me dérouter sur l'Australie. C'était hors de question. Un deuxième antibiotique a mis du temps à donner des résultats. Je me trainais sur une jambe, j'avais de la fièvre, mon genou enflait. Il faisait un froid terrible, la mer était infernale. J'étais obligé de me déshabiller deux fois par jour pour traiter la plaie. Enfin, les médicaments ont fait de l'effet. Seul problème, j'avais épuisé toute ma réserve d'antibiotiques. Et puis on a heurté une baleine, le système de barre a été touché. Il a fallu que je trouve la solution tout seul. J'ai fini par utiliser une sangle à cliquets pour réunir deux bouts de barre de transmission. Ce genre de petites victoires m'a aidé à tenir." 1 jour 12 heures d’avance au Cap Leeuwin

© Thomas Coville / Sodebo

Océan Pacifique du cap Leeuwin au cap Horn : Des vitesses fantastiques

"Je n'ai pas vu le soleil une seule fois, mais je suis allé vite, vraiment très vite. Je n'avais pas le choix, j'avais une tempête tropicale aux fesses. Si elle m'avait rattrapé, je ne sais vraiment pas ce qui se serait passé. Alors j'ai cravaché comme jamais, j'ai tenu des moyennes que je ne pensais pas pouvoir atteindre en solitaire. C'était dément. Mais je peux dire que j'ai pris un plaisir fantastique. Je suis descendu jusqu'à frôler le 60e sud. L'eau était à 0 °C. En arrivant sur le plateau continental chilien, la mer est devenue énorme. Et dans ces creux incroyables, la taille de Sodebo Ultim' n'était plus un atout. J'ai décidé de réduire la toile et je m'en veux encore. J'ai raté la transition du Horn à quatre heures près. Jusque-là, j'étais plutôt content de ce que j'avais fait." 4 jours 59 minutes d’avance au cap Horn

© Thomas Coville / Sodebo

Atlantique Sud du cap Horn à l'Équateur : Trois ascensions dans le mât

"J'ai attaqué cette remontée aussi épuisé que débordant de culpabilité à propos de ma décision de lever le pied avant le Horn. En même temps, si j'avais tenu mon rythme fou, la route idéale m'aurait envoyé dans l'est des Malouines, et j'aurais de nouveau flirté avec la limite des glaces. Je crois que je ne voulais retrouver ce stress-là à aucun prix. J'en ai connu un autre. La météo au large de l'Argentine est compliquée, pleine de transitions, de coups de vent brutaux et de calmes soudains. C'est dans ce chaos que j'ai été contraint de monter au mât à trois reprises. Chaque fois c'était scabreux. De nuit, j'ai perdu ma lampe frontale. Je n'arrivais plus à retrouver le cordage du descendeur. Je me suis retrouvé suspendu dans le vide, très loin en arrière du mât. J'en ai encore des bleus à la jambe." 6 jours 11 heures d’avance à l'équateur

© Thomas Coville / Sodebo

Atlantique Nord de l'Équateur à Ouessant : Impossible de trouver le frein

"La remontée de l'alizé a été horrible. Je fonçais au vent de travers face à la mer. Tout ce que détestent nos grands multicoques. Et j'avais un mal fou à trouver le frein. Or Sodebo Ultim' ne demandait qu'à s'envoler sur les crêtes. L'atterrissage était d'une brutalité monstrueuse. Je me disais que j'allais tout casser, que le mât n'allait pas résister. Mais il fallait cravacher. Jean-Luc (ne me laissait pas le choix. La route imposait un grand détour autour des Açores, et si je n'arrivais pas à partir devant un front froid, j'allais plonger tête baissée dans une forte tempête. Donc, j'ai serré les dents et j'ai tenu.

Ensuite, dans le dernier tronçon j'avais peur de taper quelque chose. Quand j'ai traversé le rail des cargos, avant Ouessant, la visibilité était quasi nulle. L'écran radar me montrait des navires tout proches, je ne les voyais pas. Je fonçais dans la brume à 28 nœuds. Dès que j'ai franchi la ligne, j'ai tout largué, je suis tombé à genoux dans le cockpit. Sur le moment, record ou pas, je me moquais de tout : c'était fini." 8 jours 10 h 26 min d’avance à l'arrivée

© JM Liot / Sodebo
© Eloi Stichelbaut / Sodebo
© JM Liot / Sodebo
Plus d'articles sur les chaînes :

Réagir à cet article :
Ajouter un commentaire...
Reportage : Tour du monde Thomas Coville

Thomas Coville livre ses premières impressions après son tour du monde

Top départ pour Thomas Coville sur Sodebo Ultim'