Bateaux.com Yacht-Club.com BoatIndustry.com Ports de plaisance Fiches bateaux EmploiBateau.com
Bateaux.com
Magazine du nautisme, de la plaisance et de la mer
SE CONNECTER

Que cache la taxe au mouillage ?

La taxe au mouillage est une manière d'imposer un nouvel impôt. Elle ne servira qu’à créer des discriminations entre plaisanciers.

Le

Rappel des faits

Le 20 janvier 2015, le gouvernement a présenté l'amendement n° 1208 dans le cadre de l'examen en première lecture du projet de loi sur la nouvelle organisation territoriale de la République (NOTRe) par le Sénat. Celui-ci permet aux collectivités ou aux instances publiques concernées d'instaurer une redevance sur les mouillages, effectués dans le périmètre des aires marines protégées dont ils ont la gestion. Le 3 février dernier, la commission des lois de l'Assemblée nationale a rejeté cette mesure grâce à l'amendement déposé par les députés Caresche (PS), Quentin et Gaymard (UMP).

Nouveau rebondissement. Le 13 février dernier, le député corse et président de l'Agence des Aires marines protégées, Paul Giacobbi dépose un nouvel amendement. Celui-ci est adopté en séance plénière le 3 mars, à 48 voix contre 27.

Un nouvel impôt pour le droit d'accès à la mer

Cette taxe écologique est pourtant inefficace sur le plan environnemental. De plus, cela serait désastreux sur le plan économique. L'amendement Giacobbi reprend exactement les mêmes éléments que le précédent sauf qu'il dissimule le montant de cette taxe. De plus, il n'a de taxe que le nom puisqu'aucune contrepartie en termes de service aux plaisanciers n'est envisagée.

Cet impôt instaure un droit d'accès à la mer et impose aux plaisanciers le coût d'une mission d'intérêt général qui est la protection du patrimoine marin. Ce à quoi n'a pas pensé le gouvernement, c'est que les plaisanciers financent déjà chaque année le Conservatoire du Littoral à hauteur de 37 millions d'euros.

Cette taxe n'empêche pas de mouiller à l'ancre dans les zones sensibles et ne propose aucune solution alternative pour préserver l'environnement. Cela va juste servir à créer des discriminations par l'argent et révèle un objectif budgétaire et non pas environnemental.

Les conséquences de cette taxe seront dramatiques pour la filière nautique française et pour l'ensemble des économies littorales puisque les collectivités vont enregistrer un manque à gagner. Enfin, le recouvrement de la taxe et les opérations de contrôle seront très complexes à mettre en place et absorberont une grande partie des recettes.

La taxe est limitée à la Corse et aux Pyrénées orientales, mais ce n'est qu'une première étape. La deuxième consiste à étendre cette mesure à l'ensemble du littoral en déléguant aux régions la gestion des aires marines protégées. 

Le projet de taxe de mouillage vise, en fait, à assurer le financement de l'Agence des aires marines protégées dont la stratégie ambitieuse à horizon 2020 - intégrant des effectifs de l'ordre de 400 personnes - n'est pas, à ce jour, financée. 

Selon le rapport remis le 25juin 2014 par le sénateur Gérard Miquel "le coût pour l'État d'un réseau complet d'aires marines protégées, couvrant 20 % des eaux sous juridiction en 2020, est estimé à terme à 100 millions d'euros. Celui des politiques pour l'environnement marin, en particulier liées à la mise en oeuvre de la directive-cadre "Stratégie pour le milieu marin", devrait pour sa part se situer dans une fourchette de 250 à 500 millions d'euros selon le périmètre retenu au même horizon." [...] "La politique de protection du milieu marin est actuellement essentiellement financée par le budget de l'État pour un montant de 30 millions d'euros par an (...) ainsi que par le droit de francisation des navires affecté au Conservatoire du Littoral, à hauteur de 37 millions d'euros."

Le rapport dans son intégralité : http://www.senat.fr/rap/r13-654/r13-654.html

Reportage : Taxe mouillage

Les grandes fédérations nautiques lancent un appel pour que la mer reste libre

La taxe mouillage supprimée par le Sénat, qu'en est-il vraiment ?

Réagir à cet article
Ajouter un commentaire...

Prido Thierry 21 Mars 2015
>:-o
Bessie Novi 22 Mars 2015
grave atteinte à la liberté que nous avions dénoncé lors de la création du parc national des calanques et on nous avait traité de terroriste ...........
Stephane Royant 24 Mars 2015
si tu as du pognon , alors seulement tu peux mouiller. sinon pour calmer tes nerfs,tu risques de te venger sur le joli bateau d'à coté...
Marc Lasserre 03 Avril 2015
On y ira donc mouiller ailleurs. La Sardaigne avait essayé une saison de racketer les plaisanciers. L'année suivante, ils sont revenus sur leur décision. Tout le monde avait déserté la Sardaigne. Pauvre France ...
Michel Prunier 06 Février 2016
Pourquoi pas faire circuler une pétition que tous les plaisanciers signeraient ?

Recevoir l'actualité par email avec Bateaux Hebdo

Inscrivez-vous gratuitement à notre Newsletter RECEVOIR BATEAUX HEBDO

Suivre l'actualité
du nautisme et de la mer
Recevoir l'actualité nautique gratuitement RECEVOIR BATEAUX HEBDO