Yvan Bourgnon tente pour la 3e fois de forcer le Passage du Nord-Ouest

Yvan Bourgnon © Pierre Guyot et Fred Pergola

Yvan Bourgnon est toujours bloqué dans sa baie, au sud des Tasmania Islands, à attendre que s'ouvre le bouchon de glace qui stoppe sa tentative de Record du Passage du Nord-Ouest. Il a tenté une 3e fois de passer, accompagné de deux autres voiliers, mais a dû une nouvelle fois rebrousser chemin. Et pour corser le tout, le froid polaire a décidé de s'en mêler, intensifiant encore les conditions de vie du skipper.

Un mouillage abrité dans la baie

Étant bloqué par les glaces au sud des Tasmania Islands, sur le Passage du Nord-Ouest, Yvan Bourgnon a du faire demi-tour pour se protéger des glaçons risquant d'abimer "Ma Louloute", son catamaran de sport. Désireux de regagner la petite baie qui l'abrite à ce jour depuis 6 jours, il se retrouvait de nouveau bloqué par la glace. Par "miracle", il réussissait à rejoindre son abri avant d'être de nouveau dérangé par les glaçons et de devoir trouver un endroit plus abrité.

"L'entrée de la baie était barrée par les glaces accumulées par le vent. Je désespérais de pouvoir rejoindre mon mouillage et commençais à envisager une nuit de dérive en mer à la merci des growlers. Et par miracle, un passage entre la côte et un bloc de glace s'est élargi à cause du courant, pour laisser juste la largeur du bateau. Je dis "miracle" parce qu'au même moment, le vent qui était de face et m'interdisait de m'engager dans ce couloir, est passé travers !! J'ai profité de cette conjonction inespérée pour franchir l'obstacle !" indiquait Yvan.

Présence humaine et nouvelle tentative de traversée

À son réveil, le samedi matin, Yvan se retrouvait entouré de trois autres voiliers, en alu et motorisés, et pourtant, eux aussi bloqués par le bouchon de glace. L'idée de se savoir entouré réchauffait le cœur d'Yvan, pouvant rompre avec sa solitude et échanger par VHF.

Aussitôt, la décision était prise de retenter le "coup". Les vents ayant tourné, une nouvelle brèche s'est ouverte. Mais après quelques miles, les trois voiliers se retrouvaient coincés dans un cul-de-sac. Yvan se retrouve alors obligé de faire demi-tour, pour la 3e fois en quelques jours.

"Les vents n'ont pas réussi à chasser les glaces et pourtant ils soufflaient dans une direction favorable. Secteur Nord ou Ouest, on est sûr que les glaces ne dériveront pas. S'il faut qu'il y ait de l'Est pour que ça bouge, c'est loin d'être gagné ! L'an dernier, un des bateaux présents dans la baie n'a pas vu de glace sur la même portion du parcours. C'est clairement une mauvaise année... "

Depuis, Yvan agrémente ses journées de conversations VHF avec les autres voiliers qui mouillent dans la même baie que lui.

" C'est sympa de pouvoir parler un peu. Il y a Susan que j'avais rencontrée à Nome et qui est là pour être la première femme à franchir le Passage du Nord-Ouest en solitaire. Elle est marquée par les conditions de glace actuelles et hésite à renoncer. Mais c'est super méritant déjà, ce qu'elle a accompli à plus de 70 ans !"

Des conditions de mouillage qui se dégradent

Depuis le 27 août, Yvan subi des vents glacés venant du nord à 25 nœuds et faisant chuter la température à — 5 degrés. Il peine à se réchauffer dans son sac de couchage, pourtant habillé de plusieurs couches de vêtements et protégé par sa protection coulissante. Il est d'ailleurs obligé de "dormir" avec son eau — pour éviter qu'elle ne congèle — et son réchaud — qui ne supporte par le froid intense.

"Le vent de nord est glacé, je n'ai jamais eu de température aussi basse depuis le départ. Je remue les doigts de pieds constamment pour éviter l'engourdissement, même dans mon duvet. Heureusement le mouillage tient bon malgré les 25 nœuds et je suis un peu à l'écart des growlers" explique Yvan.

Une échéance qui se rapproche

Yvan ne doit absolument pas rester bloqué plus de 10 jours pour la suite de son défi. En effet, il affronterait alors le mauvais temps, des nuits beaucoup plus longues (qui ne cessent déjà de rallonger) mais aussi des tempêtes ou encore des brouillards givrants.

Depuis le 28 août, un vent de nord souffle, redonnant une note d'espoir à l'aventurier.

"C'est sûr que le vent de nord n'est pas la bonne direction pour éloigner la glace. Mais avec les vents faibles des jours précédents, il ne s'est rien passé de bon. Là, au moins on peut imaginer que ça va faire bouger quelque chose, cette force de vent. La glace pourrait bien se fracturer et laisser un passage pour rejoindre Bellot. Les jours derniers, sans vent, la situation avait évolué dans le mauvais sens, le bouchon de 10 miles, au nord des Tasmania Island est passé à près de 60 miles ! Donc je préfère que ça brasse, même de nord !"

Il faudra donc attendre encore un peu pour connaitre l'issu du Défi Bimédia. Aujourd'hui, deux paquebots sont en attente pour passer et seuls les brise-glaces sont capables de passer.

Crédits photos : Yvan Bourgnon

Plus d'articles sur les chaînes :

Réagir à cet article :
Ajouter un commentaire...
Reportage : Passage du Nord-Ouest Yvan Bourgnon

Yvan Bourgnon pris au piège entre les glaces

Direction la mer de Baffin pour Yvan Bourgnon, l'espoir renait...