Multicoque.com
Le multicoque par Bateaux.com
SE CONNECTER

Web série : Mon cata à moteur pollue moins qu'un voilier !

Dominique Montesinos vient de troquer son catamaran à voile pour un modèle à moteur. Il raconte cette mutation dans un livre "La belle et le bouchon gras". Dans ce second épisode extrait de son livre, il nous explique pourquoi ses 2 moteurs Cummins vont polluer moins qu'un cata à voile…

Le

Quand on pense bateau moteur, on visualise un gros panache de fumée noire sortir du tableau arrière. Dominique Montesinos nous explique comment il va transformer cette idée et pourquoi il estime qu'il va moins laisser de traces que beaucoup de voilier. Démonstration :

 

Ne pas dépasser la vitesse de carène !

Aussi, à présent, si vous le voulez bien, envisageons de naviguer au moteur.

Mais alors, quid des considérations écologiques que nombre d’amateurs de belles carènes brandissent comme un laissez-passer pour le paradis ?

Eh bien, au risque de choquer encore, j’aimerais vous faire partager l’idée que nous ne polluons pas plus, et peut-être même moins, que nos homologues "à la voile", à condition de se déplacer à une vitesse inférieure à la vitesse de carène du bateau (soit, moins de 9 nœuds dans le cas de la Lady).

Un bateau qui pousse de l’eau pour avancer crée une vague de chaque côté. Cette vague se creuse et s’allonge au fur et à mesure que croit la vitesse. Lorsque cette vague atteint l’arrière du bateau, l’énergie nécessaire pour aller encore plus vite augmente dans des proportions énormes. Cette vitesse s’appelle la vitesse de carène.

Consommateurs !

Le confort à bord = gros pollueur !

Ne vous fâchez pas trop vite, les explications suivent.

L’élément clé de ma démonstration repose sur la production de l’énergie nécessaire au confort de la vie quotidienne à bord.

Il aura fallu, bien évidemment, faire certains choix en conséquence.

La place disponible sur le toit du roof de notre catamaran a été entièrement dévolue à l’installation d’un parc solaire confortablement dimensionné, lequel permet de se passer de groupe électrogène. Ce n’est pas rien.

Nombre d’adeptes de la propulsion vélique font ronronner plusieurs heures par jour un groupe électrogène pour la production de leur énergie de confort, quand ce n’est pas, détestable solution, leur moteur de propulsion qui tourne au ralenti …

Il n’est pas possible d’adopter un grand parc de panneaux solaires sur un voilier car une grande partie de la place est occupée par l’accastillage, et le reste est souvent ombragé par les différents espars, mât et bôme en particulier.

Pas d’essence non plus à bord de la Lady, car le moteur de l’annexe est électrique.

Bien sûr, si d’aventure, il nous arrivait de naviguer dans des contrées où le soleil a pour habitude de faire son timide, il pourrait être judicieux d’installer deux éoliennes.

Ce n’est pas notre cas pour le moment.

Consommateurs ! 

Consommer quand on produit

Quelques mots sur le stockage de cette énergie "facile".

Point n’est besoin d’installer un parc batteries pléthorique, au contraire.

Il suffit de prendre soin, au quotidien, de consommer l’énergie lorsqu’elle est présente, c’est-à-dire au milieu de la journée.

Évidemment, si on décide de faire fonctionner le dessalinisateur et la machine à laver la nuit, ça ne marchera pas très bien. Mais en faisant travailler les gros consommateurs entre 10 heures le matin et 4 heures l’après-midi, on peut alimenter, à bord de la Lady, les mêmes équipements que dans une maison de taille et de standing équivalents.

Par exemple, rien n’empêche, d’avoir simultanément en route, le dessalinisateur qui produit peinard ses 60 litres d’eau par heure, la machine à laver, la cafetière électrique si nous recevons un ami de passage, amateur de café expresso, et la bouilloire électrique pour faire du thé, car son épouse n’aime pas le café.

Consommateurs ! 

Et pour se déplacer ?

Concernant la propulsion, un choix judicieux d’hélices, associé à l’adjonction d’Econokit  sur chacun des moteurs, ont été les éléments clés pour transformer un "power cat" en respectable trawler capable de traverser les océans en toute sérénité. C’est un système que l’on trouve dans le commerce, qui se monte sans grande difficulté et permet d’améliorer le rendement d’un moteur thermique (retrouvez le sujet sur l'Econokit ici).

Dans l'épisode suivant, l'auteur nous explique comment il a choisi son catamaran à moteur.

Vous pouvez retrouver le récit complet de Dominique Montesinos dont est extrait le texte ci-dessus, sur www.librinova.com, "La belle et le bouchon gras".

 

 

Leopard 47 PC, le résumé du bateau

ChantierRobertson and Caine
Longueur hors-tout15.00 m
Longueur de coque14.38 m
Largeur7.57 m
Nombre de moteurs maximum2
Voir la fiche technique complète et les photos du Leopard 47 PC
Reportage : La belle et le bouchon gras

Pourquoi voyager sur un cata à moteur plutôt qu'à voile ?

Notre vision du "bateau idéal" : le cata à moteur !

Réagir à cet article
Ajouter un commentaire...

Faure Gérard 3 mois
Les voiliers qui voyagent le plus sont de plus en plus souvent équipés de plaques photoélectriques, d'éoliennes, d'hydroliennes et de voiles qui permettent de faire avancer le bateau sans consommer de gasoil mais au contraire de charger le parc de batteries. Mis à part une vaine polémique cette démonstration n'apporte rien qui nait été vu sur de nombreux voiliers.
Saigon Jean François 3 mois
Sujet intéressant Mais je suis loin d'être convaincu. Entre panneaux solaires de plus en plus performant, éoliennes et hydroliennes, LED, équipements de moins en moins énergivores, etc... les voiliers de grands voyages utilisent de moins en moins de carburant fossile.
Utiliser l'énergie de préférence durant les pics de production est une évidence qui n'a pas attendue 2018. Rien de nouveau.
Maintenant je ne demande qu'a être convaincu mais avec un comparatif objectif. Chiffré donc.
La on est dans le subjectif total.
C'est votre conviction et je la respecte. Je demande à voir une étude comparative sérieuse y compris sur le cout écologique et financier lié à l'usure des mats, voile et autre gréements courant et dormant dont vous parlez.


Cornu Piou 3 mois
N'en déplaise à l'auteur de cet article, j'ai 640W de panneaux solaires sur mon cata à voile et pas de groupe électrogène! Et ça suffit largement pour frigo, congélo et désalinisateur! Donc 5 mois de navigation et 3000Nm avec 100 litres de fuel et 20 litres d'essence pour l'annexe. Et vous?

Recevoir l'actualité par email avec Bateaux Hebdo

Inscrivez-vous gratuitement à notre Newsletter RECEVOIR BATEAUX HEBDO

Suivre l'actualité
du nautisme et de la mer
Recevoir l'actualité nautique gratuitement RECEVOIR BATEAUX HEBDO