Aquila : quand la croisière rime avec élégance

Un plan de voilure typique de la fin des années 1970 avec un génois deux fois plus grand que la grand-voile. © Emmanuel van Deth

Comment bien choisir son bateau d’occasion ? Cette semaine, l’Aquila du chantier Jeanneau. Bien balancé, ce croiseur fait toujours tourner les têtes et sa carène est toujours très performante au près et par petit temps.

  • Prix : à partir de 5 000 euros
  • Construit depuis 1977 à 1984 à 1 048 exemplaires

Ce plan Philippe Harlé se distingue des autres productions du célèbre architecte rochelais – on lui doit, entre autres, le Muscadet et la Sangria. L'Aquila plus sage, conserve juste les rondeurs typiques de son coup de crayon et gagne surtout une ligne très équilibrée et même intemporelle. Construit par le chantier jeanneau, l’Aquila, en franchissant le cap des 1 000 unités construites, peut se targuer d’être un des best-sellers de la plaisance. Ce modèle, remplaçant du Poker, a été proposé en version quillard seulement.

Typé pour le près et le petit temps

Optimisation de la surface mouillée avec des sections ronds et une voûte relativement étroite et surface de voile plutôt généreuse se traduisent par des performances plutôt flatteuses par petit temps.

Evidemment, une carène soignée, de belles voiles et une hélice à pales mobiles favoriseront encore le potentiel du bateau. Jeanneau ne s’y est pas trompé en proposant, en plus d’un lest court – adapté à l’échouage – un lest profond et surtout une version Régate avec des emménagements allégés, un accastillage plus complet et un gréement Rod à deux étages de barres de flèches.

L’Aquila est globalement plus à l’aise au louvoyage qu’au portant, allure où il peut rouler sous spi. Sa raideur à la toile modérée oblige à réduire la toile dès 4 Beaufort en croisière et à pratiquer un rappel énergique en régate.

Un cockpit relativement étroit

Qui dit tableau arrière pincé dit hiloires étroites et pas d’accès digne de ce nom pour la baignade – on se contentera d’une mini plate-forme en teck et d’une échelle. Le barreur est bien calé, les pieds sur les bancs d’en face quand la gîte est prononcée. L’accastillage est plutôt bien pensé. Mais vous vous rendez rapidement compte que le génois est sacrément grand au moment de la border plat. Passavant et plage avant sont bien dégagés grâce au rouf discret – il s’arrête juste en avant du mât.

Des emménagements parfaits en famille, mais pas de cabine arrière

Un plan classique qui fait l’impasse sur les couchages sous le cockpit : on ne dispose donc que d’une cabine qui ferme, dans la pointe avant. Mais la carré, très confortable, propose trois couchages dont un double sur bâbord. La cuisine en L et le cabinet de toilette sont disposés de part et d’autre de la descente. Un point fort de l’Aquila : il dispose de très nombreux rangements, une qualité appréciable en croisière.

Le diagnostic de Bateaux.com

Du polyester et un gréement costaud : la structure de l’Aquila est particulièrement robuste. Mis à part les équipements et les voiles, qui peuvent être datés, c’est du côté du moteur qu’il convient d’être vigilant. Si la mécanique a plus de 10 000 heures, elle est bonne à être remplacée – comptez de 5 000 à 10 000 €. L’option hors-bord reste envisageable.

Quelques cas de coques osmosées sont signalés. Autres points faibles de l’Aquila : le safran et les vaigrages, dont la colle a tendance à de désagréger. Rien de grave, mais beaucoup de boulot pour remettre ça propre !

Les avantages

  • Compétitif en régate
  • Robustesse générale
  • Prix attractif

Les inconvénients

  • Pas de cabine arrière
  • Accès peu pratique à la mer
  • Un brin gîtard

Mais que lui manque-t-il ?

Une cabine arrière, un cockpit plus large, un plan de voilure plus équilibré et une plate-forme de baignade.

L’équivalent aujourd’hui ?

Le Dehler 29 – lancé en 1997, le Four Seas 28, le Maxus 28, le RM 890, le Sun beam 28.1, le TES 28 Magnam.

Plus d'articles sur les chaînes :

Réagir à cet article :
Ajouter un commentaire...

Aquila, la fiche technique

MarqueSchochl Yachtbau
ArchitecteAnton Miglitsch
Longueur hors-tout6.30 m
Largeur1.90 m
Déplacement lège280 kg
Voir la fiche technique complète du Aquila