Web série / Plus de 60 noeuds de vent au sud du 40e pour Hugo et son équipage


Au coeur d’une dépression dans le Sud, Hugo nous partage des images de la vie à bord durant la course Clipper Round the World Race. Une vie mouvementée qui ne donne pas envie de mettre le nez dehors. Et pourtant il faut faire avancer ce voilier de course.

En route pour l’Australie, Hugo continue de nous partager ses vidéos. Celles-ci ont été tournées sur la Clipper Round the World Race, avant que la pandémie oblige les voiliers à rester au port. Nous retrouvons l’équipage qui navigue dans les Quarantièmes rugissant. Pas question ici de se cacher. Le temps est uniformément gris il fait froid et tout est humide à bord du voilier. Hugo avoue même ressembler et sentir comme un chien humide. 

Le voilier de 70 pieds navigue actuellement au coeur d’une dépression. Les vents sont forts, plus de 40 nœuds en moyenne avec parfois plus de 60 nœuds à l’anémomètre. Et surtout un système de grain qui oblige à prendre ou larguer des ris. Dans ces conditions, malgré la taille du bateau, il se trouve souvent en configuration 3 ris tourmentin. Heureusement à des allures portantes. Si cela autorise de bonnes moyennes (plus de 11 nœuds), cela rend aussi le pont très humide.

Mais l’équipage de cette portion de parcours (l’équipage change à chaque étape) assure bien laissant un peu de temps pour Hugo à travailler le parcours à la table à cartes. En plus règne à bord une bonne ambiance. Qui aide à supporter le froid et l’humidité permanente.

Cette vidéo au coeur d’un équipage en course livre des images que l’on n’a pas souvent l’habitude de voir. Une bonne immersion pour comprendre ce que signifient les navigations dans les mers du sud…

Plus d'articles sur les chaînes :

Lire le reportage : Clipper Round the World Race

Mers du sud pour Hugo dans la Clipper Round World Race

Un finish à la corde pour Hugo sur la Clipper Race

Réagir à cet article :
Ajouter un commentaire...