Faut-il appliquer de l'antifouling sur l'hélice de son voilier ? 

© FX Ricardou

Pour être efficace, une hélice ne doit pas être recouverte d’algues ou de coquillage. Mais comment la garder propre ? En effet, généralement en bronze, les hélices ne supportent pas bien l’antifouling. D’autant plus qu’en tournant, le frottement de l’eau vient rapidement supprimer le produit.

Dans certaines zones de navigation, les hélices nues se couvrent très rapidement de petits coquillages qui nuisent à leur efficacité. En effet, pour être efficace, une hélice doit présenter une surface totalement lisse. Une solution consiste à appliquer un antifouling spécifique qui ne vient pas corroder le métal de l’hélice, mais il en existe d'autres.

Antifouling pour hélice de voilier

N’oubliez pas les anodes

Une première précaution à prendre avant toute tentative de traiter l'hélice, est de préserver le contact entre les anodes et le métal. La zone de contact de l’anode ne doit pas être peinte. Une fois en place, il ne faut pas non plus peindre l'anode pour qu'elle puisse jouer son rôle en restant en contact avec l’eau.

Antifouling pour hélice de voilier

Le système D pour protéger son hélice

Voici à présent 4 solutions utilisées par les plaisanciers et certains pêcheurs pour protéger leurs hélices et préserver leurs performances.

  • La graisse pour winch Lewmar ou toute autre graisse blanche marine : appliquée en couche généreuse sur les pales elles empêcheraient les salissures pendant au moins 90 jours.
  • Le savon noir : à réserver aux bateaux qui échouent sur l'estran, car il faut en remettre régulièrement.
  • Le polissage de l'hélice : une surface très lisse peut freiner considérablement l'accroche des coquillages. Pour polir l'hélice, vous pouvez utiliser une toile émeri de grain très fin et de la pâte à polir.
  • Un antifouling spécial pour les hélices tout simplement, type Velox Plus... il nécessitera pour les hélices en métal, un ponçage à sec et une application préalable d'un primaire d'accrochage. Les hélices en composites peuvent être directement recouvertes d’antifouling.
  • Le plus sûr reste d’emballer son hélice dans un sac qui ne laisse pas passer la lumière. En effet, les animaux qui colonisent nos coques ont besoin de lumière pour vivre. Mais cette solution extrême nécessite de plonger à chaque fois que l’on veut utiliser son voilier. À ne réserver donc qu’aux très longues escales.
Antifouling pour hélice de voilier

Les résultats de ces pratiques dépendent de la qualité de votre travail, mais aussi des eaux dans lesquelles naviguent les voiliers. Les mers chaudes sont réputées plus salissantes par exemple. Par ailleurs plus vous naviguerez et plus vous laisserez tourner votre hélice, moins vite les coquillages s'y installeront.

Et vous, quelles solutions avez-vous choisies ?

Réagir à cet article :
Daniel Vanhentenrijck - 1 semaine
Moi perso je préfère ce produit ci qui à fait ces preuves, Hempel's Silic One Propeller kit Black 19990
Claude MILLOT - 1 semaine
Je préfère quant à moi utiliser la solution naturelle... mentionnée dans la 1ère phrase de l'article. Si vous avez la chance (sic) d'avoir votre hélice recouverte de petits coquillages, ne surtout pas les gratter mais profiter de leur accroche exceptionnelle et de l'isolation qu'ils procurent: juste les poncer, éventuellement les enduire pour faire une surface aussi lisse que possible, et peindre à l'antifouling utilisé pour la coque...
Ajouter un commentaire...