Qu'est-ce qu'un abri et comment le déterminer ?

© flickr.com/photos/altaide

Avec la nouvelle réglementation (Division 240) entrée en vigueur en mai 2015, la notion d'abri a été modifiée. Comme nous l'explique Jérôme Heilikman, président de Legiplaisance, cette notion est essentielle dans le monde nautique, car elle conditionne de nombreux éléments.

Pour connaître la définition d'un abri, il faut se référer à l'arrêté du 2 décembre 2014 (entrée en vigueur le 1er mai 2015) nous explique Jerôme Heilikman. Ainsi, il est défini comme un endroit de la côte où tout engin, embarcation ou navire et son équipage peuvent se mettre en sécurité en mouillant, atterrissant ou accostant et en repartir sans assistance. Cette notion tient compte des conditions météorologiques du moment ainsi que des caractéristiques de l'engin, de l'embarcation ou du navire.

Un abri peut donc être un port, un plan d'eau, une plage ou tout endroit dans lequel un bateau pourra trouver refuge et où ses passagers seront en sécurité. Par ailleurs, les navires porteurs d'une annexe – embarcation utilisée à des fins de servitude – sont eux-mêmes considérés comme un abri pour cette annexe. Cela veut dire que l'annexe ne pourra s'éloigner à plus de 300 m du bateau qui la possède.

Mais un abri peut ne plus en être un comme nous l'explique Jérôme "Cette définition est pragmatique puisqu'en effet un même lieu sera un abri ou non selon les conditions de houle, la direction du vent... et aussi de l'aptitude de l'embarcation à affronter les périls de la mer très variable selon les caractéristiques du navire." Par exemple, si vous voyez une plage et que les conditions sont une houle modérée et un vent d'ouest, alors vous pourrez vous y abriter. Par contre, si la houle est forte et le vent d'est, alors cette plage ne sera pas un abri.

En résumé, on ne peut pas établir une liste d'abris, car plusieurs éléments entrent en compte dans la détermination d'un abri. D'abord, c'est le rôle du chef de bord de juger ou d'estimer ce qui peut être un abri, pour cela, il doit s'appuyer sur la catégorie de conception du navire. Par exemple, si vous naviguez à bord d'un bateau de catégorie C (à proximité de la côte), vous devez naviguer entre 6 et 60 milles d'un abri, c'est-à-dire à une distance maximale d'un endroit de la côte où vous pourrez vous abriter. Enfin, un abri peut être une plage, une crique, un port, où tout endroit où vos passagers seront en sécurité. Pour finir, ce sont également les conditions météo qui déterminent l'abri.

Il n'y a pas de condition de distance pour l'abri, mais il existe des limitations de navigation à partir d'un abri selon l'embarcation. Voici quelques exemples donnés par Jérôme :

  • Un engin de plage ne pourra pas naviguer au-delà de 300 mètres d'un abri
  • Une planche à voile ne pourra pas naviguer au-delà de 2 milles d'un abri,
  • Un jet-ski avec 2 personnes à bord ne pourra pas naviguer au-delà de 6 milles d'un abri.

Enfin explique Jérôme, la notion d'abri est essentielle puisqu'elle :

  • Circonscrit les zones de navigation (côtier, Semi-hauturier, hauturier)
  • Détermine les règles d'utilisation de tout support de navigation
  • Conditionne l'armement obligatoire à bord.

Les zones de navigation

  • Basique : Jusqu'à 2 milles d'un abri
  • Côtier : Jusqu’à 6 milles d’un abri
  • Semi-hauturier : Entre 6 et 60 milles d’un abri
  • Hauturier : Au-delà de 60 milles d'un abri

Les catégories de conception des bateaux marqués "CE"

Depuis le 16 juin 1998, tous les bateaux de plaisance mis pour la première fois sur le marché communautaire, qu'il s'agisse de navires neufs ou d'occasion en provenance de pays tiers, doivent porter le marquage "CE" qui atteste de leur conformité à des exigences de sécurité. Cette réglementation s'applique à tous les bateaux de plaisance de 2,50 mètres à 24 mètres, qu'ils soient destinés à une navigation en mer ou en eaux intérieures.

Les bateaux marqués CE sont classés en 4 catégories de conception, en fonction de leur aptitude à affronter les la vitesse du vent et la hauteur de vague, lors d'une navigation. Le plaisancier doit donc choisir un bateau adapté à son programme de navigation, côtière ou hauturière.

Catégorie A. "EN HAUTE MER" : bateaux conçus pour de grands voyages au cours desquels le vent peut dépasser la force 8 sur l’échelle de Beaufort et les vagues peuvent dépasser une hauteur significative de 4 mètres et pour lesquels ces bateaux sont, dans une large mesure, autosuffisants.

Catégorie B. "AU LARGE " : bateaux conçus pour des voyages au large des côtes au cours desquels les vents peuvent aller jusqu’à la force 8 comprise et les vagues peuvent atteindre une hauteur significative jusqu’à 4 mètres compris.

Catégorie C. "À PROXIMITÉ DE LA COTE" : bateaux conçus pour des voyages à proximité des côtes et dans de grandes baies, de grands estuaires, lacs et rivières, au cours desquels les vents peuvent aller jusqu’à la force 6 comprise et les vagues peuvent atteindre une hauteur significative jusqu’à deux mètres compris.

Catégorie D. " EN EAUX PROTÉGÉES " : bateaux conçus pour des voyages sur de petits lacs, rivières et canaux, au cours desquels les vents peuvent aller jusqu’à la force 4 comprise et les vagues peuvent atteindre une hauteur significative jusqu’à 0.30 mètre compris.

Plus d'articles sur les chaînes :

Réagir à cet article :
Olivier Cros - 12 Juin 2015
Si un navire avec annexe peut être considéré comme un abri, est-ce qu'un navire équipé en côtier pourrait, par exemple, traverser la Méditerranée en le suivant à moins de 6 MN ?
Bernard Balloffet - 10 Décembre 2016
expliquez moi ce que veut dire en haute mer , au large , proximit des ctes et eaux protges ?
au lieu de donner une distance , on donne des mots qui ne veulent rien dire , pourquoi faire simple quand on peut faire compliquer , c'est cela oui !!!
Ajouter un commentaire...
Reportage : Réglementation

Top 10 des équipements pour répondre à la réglementation

Contrôler son matériel de sécurité individuel