Contrôler son matériel de sécurité individuel

Le printemps, va bientôt pointer le bout de son nez, et avec lui sonne l'heure des premières navigations. Avant de (re) prendre le large, assurez-vous de vérifier l'état de votre matériel de sécurité individuel.

La Division 240 (Réglementation Maritime) dresse une liste du matériel de sécurité obligatoire à bord des navires de plaisance. Cette dotation doit être adaptée à sa zone de navigation (de 2 milles à plus de 60 milles d'un abri). S'il n'existe aucune réglementation concernant la vérification et l'entretien de cet armement, il est néanmoins indispensable de le faire. Mais à quel rythme ? Voici quelques conseils.

Le gilet de sauvetage gonflable

Il est indispensable de vérifier régulièrement l'état de vos gilets de sauvetage, puisqu'en cas de chute à la mer il vous permettra de flotter.

Le contrôle visuel vise concerne l'aspect général du gilet. Vérifiez l'état des principaux composants, qui ne doivent présenter aucun signe d'usure : housse extérieur, coutures, chambre gonflable, sangles, boucles de serrage, sifflet, bandes rétro-réfléchissantes, bouteille de CO2 ou encore tête de percussion.

Cette dernière demande une attention particulière. Vérifiez que la bouteille de CO2 est pleine, bien vissée et sans aucune trace de rouille. Le système de percussion des modèles à gonflage automatique ou hydrostatique a une date de péremption.

En plus de cette vérification visuelle — conseillée avant chaque utilisation — une révision complète par un agent agréé est fortement conseillée. Ce dernier contrôlera l'état général, l'étanchéité de la chambre à air et le système de gonflage.

En l'absence de réglementation, Plastimo recommande une révision professionnelle tous les deux ans.

Le dispositif lumineux

Contrôlez le bon fonctionnement, les piles et l'étanchéité de vos lampes : flash, torche et frontale. Vérifiez la date de péremption des bâtons de cyalumes (notice constructeur), leur durée de vie est variable en fonction du type de produit (2 à 5 ans selon les références).

La balise personnelle (PLB)

Cette petite balise de détresse peut se glisser dans son gilet ou dans une poche et sert à localiser un homme à la mer. Fonctionnant sur pile, elles ont aussi une date de péremption inscrite sur le boitier. Comme la balise du bateau, elle devra être renvoyée au constructeur qui effectuera la remise en état.

Le harnais

Le harnais est un élément fondamental de la sécurité. Il est souvent intégré au gilet de sauvetage. Une vérification visuelle permet de déterminer les signes d'usure.

Pour l'entretien, rincez-le à l'eau claire après chaque utilisation, laissez-le sécher et stockez-le au sec et à l'ombre. Vérifiez régulièrement les coutures. Enfin, s'il a déjà été sollicité, remplacez-le.

La longe

À la manière du harnais, la longe doit être contrôlée pour vérifier son intégrité. Certaines marques comme Plastimo ajoutent un indicateur de surcharge qui en cas de charge trop importante se découd et laisse apparaître une étiquette indiquant que la longe doit être remplacée. C'est d'ailleurs obligatoire pour la course au large.

Plus d'articles sur les chaînes :

Réagir à cet article :
Ajouter un commentaire...
Reportage : Réglementation

Qu'est-ce qu'un abri et comment le déterminer ?

Vérifiez le matériel de sécurité de votre bateau