Vérifiez le matériel de sécurité de votre bateau

Bientôt le temps des beaux jours et des longues navigations. Mais avant ça, contrôler le matériel de sécurité obligatoire à bord de votre bateau s'avère indispensable. Voici comment procéder.

L'armement de sécurité de votre bateau est défini par la Division 240 (Réglementation maritime) en fonction de votre zone de navigation. Si vous naviguez à 2 milles des côtes, nous n'aurez pas besoin du même équipement qu'en navigation hauturière à plus de 60 milles. Néanmoins, dans tous les cas, vous devez vérifier l'intégrité de votre matériel de sécurité. Voici nos conseils.

La bouée fer à cheval

La bouée fer à cheval si elle gonflable doit être contrôlée régulièrement, comme un gilet de sauvetage. Celles en mousse rigide doivent aussi être vérifiées et remplacées lorsqu'elles sont trop vétustes ou abimées.

Les feux de détresse

Les fusées de détresse, feux à mains, fumigènes ou encore feux parachutes sont périssables. Sur le feu, un marquage permet de connaitre ma date de péremption. Leur durée de vie est généralement de trois ans. Leur destruction est réglementée et il est interdit de s'en servir pour un feu d'artifice. Vous devrez les déposer chez un professionnel agréé, comme votre shipchandler.

La balise de détresse

Chaque balise a une durée de vie qui est inscrite au dos de la balise. Ce sont les piles qu'il faut changer. Comme c'est un appareil étanche, vous devrez la renvoyer au constructeur via le magasin où vous l'avez acheté.

En cas de doute, un mode test permet de vérifier son bon fonctionnement, mais attention aux mauvaises manipulations.

Radeau de survie

La durée de vie d'un radeau peut ne pas être limitée par le fabricant. Cependant, c'est son entretien qui sera déterminant. Tous les trois ans, le radeau doit être passé en test constructeur dans une station de révision et chaque point de faiblesse sera remplacé. Certains radeaux comme Viking en caoutchouc naturel n'ont pas de date de péremption.

Trousse de secours

Vérifiez que votre trousse de secours n'a pas pris l'humidité (pour les pansements et les compresses par exemple). Pensez à vérifier régulièrement les dates de péremption des médicaments et à les remplacer le cas échéant.

Le dispositif lumineux

Contrôlez le bon fonctionnement, les piles et l'étanchéité de vos lampes : flash, torche et frontale. Vérifiez la date de péremption des bâtons de cyalumes (notice constructeur), leur durée de vie est variable en fonction du type de produit (2 à 5 ans selon les références).

Extincteur

Vous disposez à bord d'un ou plusieurs extincteurs. Leur date de péremption est indiquée et des révisions périodiques sont préconisées. Vous pouvez les emmener chez un professionnel de la maintenance et du contrôle des extincteurs.

Dispositif d'assèchement manuel

Le contrôle de l'écope est plutôt rapide. S'il n'y a pas de trous et que la poignée n'est pas endommagée, vous pouvez la ranger avec le matériel de sécurité.

Pour la pompe de cale manuelle, vous allez tester son bon fonctionnement en plongeant le tuyau d'aspiration dans un seau d'eau rempli à cet effet.

Dispositif de remorquage

Le dispositif de remorquage est composé d'une ou plusieurs aussières. Vous devez contrôler leur intégrité, et bien la lover en cas d'urgence.

Ligne de mouillage

La ligne de mouillage doit être contrôlée au moins une fois par an, mais rien ne vous empêche de faire un contrôle visuel à chaque utilisation. Vous vérifierez particulièrement la présence éventuelle de rouille et les points sensibles à l'usure qu’est la liaison chaîne/ancre et chaîne/câblot.

Vous en profiterez aussi pour vérifier l'étalingure (amarrage de l'extrémité du bout mouillage au bateau).

Annuaire des marées

L'annuaire des marées a une péremption annuelle. Pour le RIPAM (Règlement international pour prévenir les abordages en mer), le descriptif du système de balisage et le livre des feux, la plupart du temps, ils sont compilés dans les ouvrages spécialisés de type annuaire de marées (Almanach du marin breton, Pilote côtier).

Les pavillons

Vous disposez de plusieurs pavillons à bord, mais c'est le pavillon national qui subit le plus les outrages du vent et du soleil. L'étiquette maritime veut que votre pavillon national soit toujours irréprochable.

La VHF fixe

Contrôler la qualité de l'émission et de la réception en appelant un sémaphore par exemple. Vous annoncerez le nom de votre bateau en précisant que c'est un essai VHF. Ils vous répondront en qualifiant la qualité de réception.

Le matériel pour faire le point

La nouvelle réglementation permet d'utiliser de cartes électroniques ou des cartes papiers. Pour les premières, vérifiez la bonne qualité de la réception GPS et la pertinence de la position donnée.

Pour les cartes en général, demandez auprès de l'éditeur s'il y a des mises à jour et faites procéder éventuellement aux corrections.

Plus d'articles sur les chaînes :

Réagir à cet article :
Ajouter un commentaire...
Reportage : Réglementation

Contrôler son matériel de sécurité individuel

Réglementation maritime, quels changements en 2015 ?