Nouvelle réglementation - Quels équipements choisir ?

La nouvelle Division 240 implique des changements de matériels en fonction des zones de navigation dans lesquels on se trouve. Voici la liste des équipements dont vous aurez besoin en fonction de votre dotation.

La nouvelle réglementation marine, qui n'est autre que la Division 240 revue et corrigée, entrera en vigueur au 1er mai 2015 mais fait déjà du bruit sur les pontons... Nous consacrons un dossier spécial à cette Division 240. Aujourd'hui, découvrez quels sont les équipements qui seront obligatoires prochainement et profitez des conseils de FX, notre spécialiste des équipements nautiques.

Un moyen de repérage lumineux – Obligatoire à partir de la dotation basique

Avec la nouvelle réglementation, chaque gilet de sauvetage doit dorénavant être équipé d'un dispositif lumineux. "Ça peut être une lampe torche intégrée, un dispositif lumineux individuel ou un cyalume" nous explique FX Ricardou. Ce dispositif doit être attaché au gilet. Alors que choisir  "Certains gilets intègrent d'origine un dispositif lumineux comme des mini-lampes flash, des lampes clignotantes assez fortes. Mais ces gilets sont des modèles haut de gamme, assez chers" explique FX.

Le conseil de FX

"Le cyalume est ce que je conseillerais à tout le monde. Ça fonctionne sans piles, ça ne coûte pas cher, ça ne prend pas de place et s'intègre facilement dans un gilet par sa taille et se fixe avec une simple garcette. De plus, la portée est très forte, ça se voit très bien dans la nuit, à plusieurs milles nautiques. Enfin, la durée de vie est très longue et une fois allumé, il dure minimum 12 heures."

Bâtons lumineux cyalume (lot de 2) – 9 €

Une installation VHF – Obligatoire à partir de la dotation semi-hauturière au 1er janvier 2017

Facultative jusqu'en 2017, elle sera obligatoire dans la dotation hauturière à partir du 1er janvier. Les VHF fixes répondent à des normes (canaux, fréquences, puissance d'émission…) ce qui leur assure une certaine homogénéité. "Mais dans le détail, elles présentent des caractéristiques différentes, des fonctionnalités différentes peuvent être intégrées à chacune. La qualité de fabrication est aussi très variable" explique FX. Alors que choisir ?

Le conseil de FX

"Pour les navigateurs qui possédaient déjà une VHF, il n'y a pas de gros changements. La seule chose qui change c'est que les nouvelles VHF sont équipées de la fonction d'Appel Sélectif Numérique (ASN). Pour simplifier, la VHF possède un bouton "détresse" qui permet d'envoyer un message numérique numéro MMSI, (nom du bateau…) pour informer de l'état de détresse. Les anciens modèles n'en possèdent pas. Mais la division 240 ne fait pas mention de l'ASN pour l'équipement de la VHF fixe. Les plaisanciers qui possédaient déjà une VHF fixe n'ont donc pas besoin d'en changer." Et sinon ? "Si on en installe une, autant en choisir une avec la fonction ASN. Je conseille la VHF Fixe ASN IC-M323 qui est un produit d'entrée de gamme et de qualité" tranche FX.

Pour rappel, la VHF fixe est alimentée par la batterie du bord, il faut donc en posséder une et qu'elle soit chargée pour alimenter en électricité. Sur une VHF fixe, l'antenne s'installe à l'extérieur, en haut du mât pour les voiliers et sur la cabine pour les bateaux à moteurs.

VHF Fixe ASN IC-M323 – 289 €

Une radiobalise de localisation des sinistres – Obligatoire dans la dotation hauturière

La balise EPIRB (Emergency Position Indicating Radio Beacon) est une balise de détresse qui intègre un GPS et permet de connaître la position du navigateur. "En cas de détresse, le marin la déclenche manuellement et la balise envoie un signal aux satellites du réseau COSPAS-SARSAT, qui est un groupement de satellites en orbite géostationnaire. La zone de couverture est mondiale et fonctionne même sur les pôles. Le satellite reçoit le message de détresse avec le code du bateau et sa position et le renvoie à la station au sol qui est la plus proche du positionnement. Les secours sont alors déclenchés. Ce système de sécurité en mer et mondial et émet sur la bande des 406 MHz, qui est aussi utilisée par les avions." Alors que choisir ?

Le conseil de FX

"Pour la marine, la balise doit répondre à un certain nombre de normes, elle doit notamment flotter et émettre pendant 48 heures. Chaque balise est rattachée à un bateau par son numéro MMSI. Une fois déclenchée, on la laisse ensuite flotter amarrée à l'embarcation de secours, si besoin."

Balise de détresse Smartfind – 439 €

Une VHF portative – Obligatoire dans la dotation hauturière

La Division 240 impose une VHF portable dès que l'on navigue en catégorie Hauturière (en plus de tout le reste). Il est précisé que cette VHF doit être étanche. Et bien évidemment, pour émettre, il faudra qu'elle soit chargée. "C'est le chef de bord qui doit veiller à ce qu'elle soit chargée. Certains modèles existent avec un adaptateur à piles, qui permet de remplacer la batterie" indique FX. Alors que choisir ?

Le conseil de FX

"Pour ma part, je préfère les VHF étanches et flottantes. La flottabilité n'est pas obligatoire mais c'est beaucoup plus pratique et sécuritaire. Certes elle est un plus grosse puisqu'il faut un volume d'air prisonnier dans la VHF pour la rendre flottante."

VHF portable flottante IC-M35 – 209,90 €

L'avis de FX Ricardou sur les équipements demandés par la nouvelle réglementation

"Concrètement, je trouve que cette modification de réglementation ne change pas grand-chose car les gens qui naviguent aujourd'hui à moins de 60 milles autour des côtes, possèdent déjà pour la plupart, une VHF fixe à bord de leur bateau. C'est une question de bon sens et de sécurité. De la même manière, les plaisanciers qui naviguent au large ont, pour beaucoup, déjà leur balise de détresse. C'est un basique de la sécurité quand on attaque des grandes navigations. Finalement, le changement concerne surtout le dispositif lumineux à intégrer dans le gilet de sauvetage, qui nous l'avons vu, ne serra pas bien difficile ou onéreux. A noter la suppression du miroir de signalisation. Je trouve cela dommage et je conseille de le garder pour ceux qui l'on déjà à bord. C'est un accessoire pas cher, qui prend peu de place, qui fonctionne au moindre rayon de soleil même s'il a baigné dans l'eau : sans batterie, sans panne…"

Plus d'articles sur les chaînes :

Réagir à cet article :
Philippe Démoulins - 07 Janvier 2015
Bonjour, je pense que vous avez pas bien regardé et comparé ce qui va changer dans cette division 240, vous avez oubliez des choses qui sont a mon avis très importantes. Quand vous parlé du miroir qu'il n'y a plus, quel dommage. Vous oubliez aussi le moyen pour remonter une personne tomber à l'eau, pas très important comme détail, cherché l'erreur. Certain vont me dire, il est obligatoire sur les bateau neuf construit à partir de 2015. Vous avez raison, tout le monde a eu un bateau neuf pour noël.Vous parlez d'une VHF portative pour une navigation au delà des 60 nautiques, pour soit disant pouvoir communiquer avec les secours quand l'on se trouve dans le radeau de secours que l'on vient de déclencher en cas de grande avaries. Mais quand la même chose vous arrive et que vous naviguez en dessous des 60 nautiques, et bien comme cela n'est pas obligatoire, il vont pouvoir se détruire les cordes vocales pour communiquer avec leurs sauveteurs. A vos réflexions.....
Benoit Massard - 09 Janvier 2015
Les conditions d'équipement du "dispositif de repérage et d'assistance pour personne tombée à l'eau" comprendre, la bouée fer a cheval, sont également modifiée. Elle est obligatoire sur tous types d'embarcation (sans exclusion des pneumatiques) sauf dans le cas ou les membres d'équipages portent leur gilet avec dispositif de repérage lumineux.
Benoit Massard - 09 Janvier 2015
"Le moyen de repérage lumineux individuel assujetti au gilet" de l'armement basique est précisé obligatoire pour "les planches à voile, planches aérotractées, planches nautiques à moteur et embarcations propulsées par l'énergie humaine" et les JetSki. Pour les bateaux de plaisance il est indiqué : "Une lampe torche étanche OU un dispositif lumineux individuel conforme au II-2 du présent article." Une lampe torche étanche continue de suffire.
Ajouter un commentaire...
Reportage : Réglementation

Division 240 - Les changements expliqués de la nouvelle règlementation maritime

Quel est le matériel de sécurité obligatoire à bord des navires de plaisance ?