Essai / Navigation et Programme du Silent Yachts 55 E-power+, naviguer en silence et sans polluer

Nous avons essayé le Silent Yachts 55 E-power+ dans la baie de Cannes par vent faible. Sa motorisation plus puissante que les deux premières versions nous a convaincus pour la croisière sans émission de CO².

La motorisation la plus puissante

Le Silent Yachts 55 est décliné avec trois versions de puissance différentes :

  • 2 x 30 kW avec un générateur de 20 kW
  • E-power avec 2 x 135 kW avec un générateur de 100 kW
  • E-power+ avec  2 x 250 kW avec un générateur de 100 kW et un parc batteries de 210 kWh.

La fourniture d'énergie solaire est assurée par une trentaine de panneaux solaires d'une puissance de 10kW pic. C'est-à-dire que par une belle journée d'été, la recharge pourra atteindre environ 100 kW. Considérant que les premières et dernières heures de la journée, l'angle des rayons, à moins de 20° n'est pas suffisant, une recharge maximale sera plus efficace en été et bien amoindrie les jours de forte nébulosité.

Essais en mer du Silent Yachts 55
Essais en mer du Silent Yachts 55

Un potentiel bien plus intéressant

Une belle vitesse de pointe.
Une belle vitesse de pointe.

Alors que les deux premières motorisations et les stocks d'énergie ne permettent pas une vitesse « carbon free » plus élevée que 4-5 nœuds et correspondent à un mode de croisière assez lent, cette version E-power + nous promet une vitesse de pointe de 14 nœuds, mais surtout permet d'atteindre les 8 nœuds sur 50 miles sans avoir à allumer le groupe électrogène. Le couple délivrant sa pleine puissance instantanément, les manœuvres de port sont d'une grande assurance. Une fois sorti au large, nous nous mettons en route et vérifions les consommations sur le tableau digital de contrôle et nous apercevons que la consommation est exponentielle dès que l'on pousse la poignée des… watts. Alors que 2kW sont nécessaires dans le port, sitôt en vitesse de croisière de 8 nœuds, l'aiguille monte à 30 kW n'autorisant que 5 ou 6 heures de navigation. Mais cela est amplement suffisant pour faire les 40 miles qui séparent le plus généralement deux escales. Et si l'on baisse à 7 nœuds on peut traverser vers la Corse juste à l'aide du photovoltaïque pendant 15 heures.

Une surveillance depuis le poste de barre
Une surveillance depuis le poste de barre

Un tableau qui contrôle tout

L'électronique en appuie du pilotage.
L'électronique en appuie du pilotage.

Dès que l'on accélère, à 10 nœuds, il faut 100 kW et dès 11 nœuds, il faut démarrer le groupe, car la consommation dépasse 150kW à moins de paramétrer les réglages sur le tableau. Il permet de commander et contrôler l'énergie, qu'elle concerne la propulsion ou la vie du bord, mais aussi la recharge. Il calcule, en fonction de la consommation instantanée, le moment adéquat pour démarrer automatiquement le groupe afin de ne jamais être à court de puissance. Si vous tenez une vitesse supérieure à 10 nœuds la génératrice va démarrer toute seule au bout d'une demi-heure, alors que si vous filez 7 nœuds, vous aurez une quinzaine d'heures devant vous. En fait, la consommation est exponentielle et un petit nœud ou simplement remonter au vent coûte cher en énergie, il faut s'habituer.

Une autonomie de croisière hauturière

Plus d'articles sur les chaînes :

Lire le reportage : Essai  du Silent Yachts 55 E-power+

Aménagements et vie à bord  du Silent Yachts 55 E-power+, tout le confort d'un yacht de luxe 

Tarification et alternatives du Silent Yachts 55, un précurseur sur un marché sans concurrence

Réagir à cet article :
Ajouter un commentaire...

Silent Yacht 55, la fiche technique

MarqueSilent-Yachts
Longueur hors-tout16.70 m
Largeur8.46 m
Déplacement lège19 000 kg
Nombre de moteurs maximum2
Voir la fiche technique complète du Silent Yacht 55