Web série / Nomad Citizen Sailing, dauphins et globicéphales pour naviguer vers Gibraltar


Après plusieurs semaines passées au port d'Agalduce, il est temps de prendre la mer pour Nomad Citizen Sailing. Direction Gibraltar, une traversée magique accompagnée par les dauphins et globicéphales. Mais avant ça, il faut d'abord tout ranger à bord et vérifier le bon fonctionnement du bateau. 

Après un mois de confinement au port d'Agadulce, en Espagne, il est temps de partir en direction de Gibraltar. Chacun sa to-do-list. A Marvin les vérifications d'huile, de moteur et de guindeau et à Daniela le rangement du bateau. Un tel casse-tête qu'à deux heures du départ, il reste tout à ranger et stocker. C'est à un véritable jeu de Tetris que s'adonne le couple pour faire tenir dans la petite cabine arrière (qui s'apparente plutôt à un cagibi), les vélos (nettoyés et démontés), la remorque (pour tracter Tara en vélo) ou encore la poussette de Tara.

L'heure est enfin au départ alors que le soleil est couché depuis un moment. C'est avec impatience que tous attendent cette première navigation depuis un mois. La première partie de navigation se fera au moteur par manque de vent, mais Marvin hissera les voiles dès le lever du jour. À bord de Nomad Citizen Sailing, les rôles sont bien en place. Si Daniela et Tara se reposent en bas dans la cabine toute la nuit, c'est Marvin qui assure les quarts de nuit. Il s'est même concocté un lit sur la banquette de cockpit, ce qui lui permet d'être à côté des instruments et à même de reconnaitre les bruits du bateau, qu'il a plus l'habitude d'entendre à l'extérieur.

C'est au lever du soleil que le papa de Nomad Citizen Sailing profite d'une première surprise, la visite de dauphins. Tant pis pour les filles qui dorment encore. Mais heureusement, ces dernières pourront profiter d'une nouvelle visite qui les mettra en joie.

Alors que le couple s'apprête à hisser les voiles, le vent décide de disparaitre et c'est donc au moteur qu'il faut continuer. Et il ne faut pas trainer parce qu'il faudra arriver à Gibraltar avant 4 heures du matin pour ne pas être impacté par l'entrée de vent de l'Atlantique au petit matin.

Lecture et farniente occupent le temps de la famille pendant cette navigation jusqu'à une incroyable visite qui laissera tout le monde époustouflé et ému. Une famille d'énormes globicéphales accompagnera pendant un moment les passagers, faisant le bonheur de tous. Une visite qui ne manquera pas d'éveiller la fibre écologique de Daniela et laissera sans voix Marvin. Magique !

Plus d'articles sur les chaînes :

Lire le reportage : Nomad Citizen Sailing

Nomad Citizen Sailing, on serre les fesses en attendant la fin des dépressions

Nomad Citizen Sailing, comment vivre le confinement à bord d'un voilier ?

Réagir à cet article :
Ajouter un commentaire...

Oceanis Clipper 473, la fiche technique

MarqueBénéteau
ArchitecteGroupe Finot
Longueur hors-tout14.30 m
Longueur de coque14.16
Largeur4.31 m
Tirant d'eau1.70 m
Catégorie CEA
Nombre de passagers10
Déplacement lège11 000 kg
Surface de voilure au près114 m2
Carburant237 L
Voir la fiche technique complète du Oceanis Clipper 473